Les règles d’arbitrage

Au judo, les arbitres ont pour mission :

  • d’accorder les avantages ou la victoire aux combattants suite à des techniques partiellement ou totalement réussies ;
  • de maintenir l’intérêt du combat et d’assurer la sécurité des combattants en arrêtant et en faisant reprendre le combat lorsque c’est nécessaire ;
  • d’informer les combattants et la table (et si possible les spectateurs) du déroulement du combat, par exemple lorsqu’il y a début d’immobilisation ;
  • de faire respecter les règles et d’appliquer les sanctions appropriées si nécessaire.

Dans les compétitions officielles, trois arbitres assurent l’arbitrage d’un combat : un arbitre dit « arbitre central » en position debout et qui se déplace avec les combattants, et deux arbitres dits « juges de coin », qui se trouvent assis aux deux coins opposés de la surface de combat. L’arbitre central prend les décisions en donnant la decision de la majorité.

Le rôle des juges de coin est de donner leur avis en cas de désaccord avec la décision de l’arbitre central. Pour cela, ils utilisent les mêmes gestes d’arbitrage que l’arbitre central. Lorsqu’un seul des deux juges de coin donne son avis, il doit ou non modifier sa décision selon que ce soit en accord avec la majorité. Si les deux juges de coin sont d’accord contre l’avis de l’arbitre central, celui-ci doit modifier sa décision. Dans les autres cas, l’arbitre central a toujours la possibilité de revenir sur sa décision, s’il pense s’être trompé. Le juge de coin détermine également si une action est validée ou non selon qu’elle a été exécutée dans ou hors des limites du tapis.

On distingue l’arbitrage du combat dans les phases de ‘tachi waza (combat debout) et de ne waza (combat au sol), les techniques employées n’étant pas les mêmes. Pour se faire comprendre, l’arbitre utilise des termes d’arbitrage précis souvent accompagnés d’un geste, afin d’être compris de loin dans un environnement bruyant.